Auteurs Home

Vian Boris

Boris Vian est né en 1920. A douze ans, on lui diagnostique un souffle au cœur. Il est mort en 1959, à 39 ans, ce qui est très triste.

Il était beau, jeune et terriblement talentueux. Un génie multiple qui savait écrire, composer, jouer de la trompette… Touche-à-tout, il avait tâté du roman policier  (J’irai cracher sur vos tombes), de la SF (L’automne à Pékin) de la romance fantastique (L’écume des jours), de la chanson (Le déserteur, Fais-moi mal, J’suis snob…).
« Pour être connu, fais autre chose que ce que les gens connaissent de toi » disait-il. Alors il sautait du coq à l’âne, du jazz à la littérature…

Était-ce parce qu’il savait qu’il partirait tôt ? Vian était un boulimique de travail. Auteur de onze romans, de quatre recueils de poésies, de pièces de théâtre, de nouvelles, d’articles consacrés à la musique, de chansons, de scénarios… il avait toujours  un ou deux projets sur le feu, n’arrêtant jamais, désespérant en secret d’obtenir la reconnaissance tant attendue…  Il a couru après le succès sans jamais le connaître de son vivant.  Ce n’est que dans les années 70, qu’il devient – enfin – une icône…
J’arrête. Tout cela me fend le cœur.

Commentaires

  1. Les touche-à-tout sont des touche-à-tout et ceux qui n’enfoncent qu’un clou sont fait pour cet unique clou aussi.
    J’ai aimé son roman policier, et ses chansons…Il ne faut pas regretter Boris Vian, il y en a d’autres de ci-de là, mais on a pas encore le recul pour savoir qui.

    Besos Tonie !

  2. Bonsoir Jack
    Ce qui me peine dans la vie de vian, c’est qu’il a ayttendu le succès toute savie et ne l’a pas vu de son vivant. Il ne sait pas qu’aujourd’hui des milliers de gens ont lu et aimé ses livres. c’est vraiment l’ironie du sort…
    Je trouve cela triste pour lui. Quand on est mort, la reconnaissance ne sert plus à rien 🙁

  3. Je crois qu’il a eu la passion de faire ce qu’il faisait et devait deviner ou supputer que ses créations porteraient leurs fruits un jour. Le succès, et l’argent qu’il amène, n’a qu’une valeur relative et il a du bien profiter du reste dans sa vie d’artiste. ^^
    Il y a tant de gens qui ne poussent rien de leur art pour la sécurité, que leur sort est pire. Qui disait que la vie est un bien perdu pour celui qui ne l’a pas vécu comme il l’aurait voulu…( Eminescu )

    Besos Tonie !