Home Mes Chroniques

Fifty shades of Grey (Cinquante nuances de Grey) de EL James : Romantico-érotique !

Désormais toutes mes chroniques seront en vidéo pour un nouveau rendez-vous intitulé
La comédie romantique de la semaine !
Et pour celles et ceux qui préfèrent lire, le texte (plus détaillé) se trouve juste en-dessous ! J’espère que ça vous plaira !

 

Bienvenue sur toniebehar.com
Cette semaine, la comédie romantique de la semaine est un… Livre !

Et quel livre, puis qu’il s’agit de Fifty Shades of Grey  paru le 17 octobre en français aux éditions Jean-Claude Lattès, sous le titre « Cinquante nuances de Grey »,  après avoir provoqué un tsunami dans l’édition mondiale avec plus de 50 millions d’exemplaires vendus à travers le monde !

Je l’ai lu pour vous et je vous dis tout !

Au départ, il y a une productrice télé, fan de Twilight qui s’amuse à écrire une fan fic torride ayant pour héros Edouard Cullen et Bella. Très vite la toile s’enflamme mais les puristes des romans n’apprécient pas que les amants les plus chastes du cinéma soient mis en scène dans des postures érotique.

Qu’à cela ne tienne, l’auteure Erika Léonard James, EL James pour les initiés, crée ses propres héros et leur concocte une bonne petite relation SM qui fait rugir ses fans de plaisir. Le livre est d’abord un phénomène sur le net avant que l’éditeur Random House n’achète les droits pour un montant à sept chiffres !

C’est donc l’histoire d’une étudiante en littérature anglaise de 21 ans, Anastasia Steele, un peu nunuche et très vierge qui tombe follement amoureuse d’un jeune milliardaire indécemment beau et sexy ; Christian Grey.  L’attirance est réciproque mais Monsieur Grey semble réticent. La raison : il est un « dominant » qui n’a de relations qu’avec des « soumises » qui acceptent par contrat de se plier à toutes ses fantaisies sexuelles.  Leurs univers sont aussi éloignés que ceux d’un vampire et d’une mortelle !

Grey ne fait pas l’amour, il « baise brutalement », avec des menottes, des cravaches, des fouets et incapable de résister à son attirance pour Ana, l’entraîne bientôt dans son univers trouble et terriblement érotique

Et érotique, le roman l’est car Anastasia et Christian pratiquent le sexe à haute dose, dans tous les lieux toutes les positions et on assiste à TOUT !

Est-ce que le mâle fait mal ?

Avec ses yeux gris, ses cheveux cuivrés si doux et son corps musclé ce Christian Grey fait mal, et  il fait même littéralement mal car ce qu’il appelle le sexe à la vanille, c’est-à-dire sans joujoux SM ne l’intéresse pas du tout. Non ce qu’il aime lui, c’est flanquer des fessées et faire subir les pires outrages à la pauvre Ana qui se demande bien ce qui lui arrive.

 Oh oui !

Fifty shades of grey, c’est du sexe jubilatoire, teinté de SM soft pour le frisson de perversité,  écrit par une femme qui sait manifestement ce qui plait aux femmes !

Oh non !

Cette petite oie blanche nunuche, ce mâle dominant qui aime punir, ce ne serait pas un peu sexiste ça, limite anti-féministe ? Et bien non, finalement.

Parce que d’abord Christian Grey est lui-même un ancien soumis qui a été initié à l’âge de 15 ans par une dominatrice… amie de sa mère. Grrr la cougar ! Et lui, il a supporté cela pendant 6 ans !

Ensuite parce que la petite Anastasia se révèle au final, bien plus rebelle et pugnace qu’elle n’en a l’air.

Et enfin parce que ce n’est pas parce qu’on s’amuse à être soumise au lit qu’on l’est dans la vie !  Après tout, Christian Crrey est un homme de nuances… 50 nuances !

On le lit… ou pas ?

Mais bien sûr ! Lisez le piquez le à votre meilleur amie, téléchargez le, volez le, dévorez-le le avec votre amoureux/se et réjouissez-vous car les tomes 2 et 3 arrivent chez Lattès pour 2013 et que le film sortira bientôt sur les écrans. On chuchote même que ce sera le sublime Ryan Gosling qui jouera Christian Grey. Mmm !

www.editions-jclattes.fr

Commentaires

  1. Je suis navrée de vous décevoir mais apparemment, c’est le jeune Alex Pettyfer (qui a mon âge ! Non mais un jeune de 23 ans qui joue un mec de 27 … euh ça le fait pas ! Et puis moi je voulais Matt Bomer ! Bouh !). Mis à part ça, j’en suis ressortie plutôt mitigée de cette lecture. Ana … je la punirais moi-même si elle existait ! Elle m’a gonflée tout le long du roman avec sa déesse intérieure (Danse avec les stars, c’est sur TF1 hein ?). Quant à Christian … même si Môssieur est parfait et n’a jamais de panne au lit, il aurait mérité d’être plus développé car il a un potentiel de ouf ! (en plus d’être une bête de sexe)
    Tout ça pour dire que j’ai lu la suite quand même (j’en suis au troisième mais j’ai fait une longue pause car l’effet nouveauté est passé (et que Crossfire … c’est bien mieux fichu !)) et que ça casse pas trois pattes à un canard mais ça se lit quand même (mais je maintiens qu’elle aurait dû se faire relire car bonjour l’anglais ! (je plains la traductrice française)).