Home Romans d'amour

La lumière était si parfaite de Carène Ponte

La Lumière était si parfaite de Carène Ponte

Par Alexandra Le CalvezAlexandra Le calvez chroniqueuse comedieromantique.com

 

 

Carène Ponte, des mots qui touchent en plein cœur

La lumière était si parfaite Carène Ponte comédie romantiqueC’est en février 2019 que j’ai découvert la belle plume de Carène Ponte avec son roman “Avec des si et des peut-être”. J’ai tout de suite été touchée en plein cœur par ses mots. S’en est alors suivi l’achat de tous ses livres ! Depuis, chaque année j’attends avec impatience de lire son nouveau roman.

Carène Ponte a commencé à écrire bien longtemps avant de publier son premier roman chez Michel Lafon en 2016 : “Un merci de trop”. Elle a été remarqué en publiant son histoire sous forme d’épisodes sur son blog « Des mots et moi ». A chaque fin de chapitre, les lecteurs se languissaient de la suite.

Rapidement, nous avons fait connaissance en ligne puis  lors d’un salon du livre. Quelle n’a pas été ma surprise en découvrant qu’à côté de son métier d’écrivaine, elle exerçait également celui de juriste, tout comme moi ! En plus de l’autrice, j’ai rencontré une femme passionnante, intelligente et bourrée d’humour (sérieusement si vous ne la suivez pas sur son compte instagram, vous loupez des fous rires).

Quand on lit Carène Ponte, on est marqué par son écriture, avec ses phrases qui nous parlent directement. Des mots qui touchent en plein cœur. Des personnages auxquels on peut s’identifier facilement, des sourires qui se perdent dans les pages avec un humour et des références connues de tous. Si je devais la définir ce serait : simplicité et émotions. Elle évoque avec brio des pans de vies, où se cachent toujours une vraie réflexion et des sujets de société.

La lumière était si parfaite, un road trip émouvant et féminin

Portrait Carène Ponte
©Melania Avanzato

Dans son dernier roman “La lumière était si parfaite“, paru chez Fleuve, Carène Ponte aborde avec sensibilité des thématiques telles que la charge mentale, la dépression qui peut en résulter, la parentalité, le mariage, la redécouverte de soi, la traversée de l’adolescence, le tout mêlé au deuil d’un proche.

“En revanche, ce dont je suis certaine, c’est que le mariage ne doit pas conduire à l’effacement de l’un au profit de l’autre.” Carène Ponte

Nous suivons le personnage de Megg, mère au foyer qui gère sa maison d’une main de cheffe. Elle a abandonné son métier de photographe professionnelle pour se consacrer à l’éducation de ses enfants, pendant que son mari travaille. Pourtant depuis six mois, Megg s’enfonce dans la dépression. Entre la mort brutale et prématurée de sa mère, la crise d’adolescence de sa fille et l’indifférence de son mari à son égard, elle ne s’en sort plus. En vidant le grenier de sa maison d’enfance, elle découvre une vieille pellicule. Ce qu’elle contient va changer sa vision des choses. Elle décide alors de partir en road-trip avec sa seule amie Romy et sa fille de 16 ans Lalie.

La lumière était si parfaite, une belle leçon de vie 

Comme à chaque fois, la lecture du roman a été très fluide, et j’ai passé un excellent moment de lecture. Sous des airs de feel-good et une plume pleine d’humour, la romancière n’hésite pas une nouvelle fois à décortiquer avec humanité les sujets choisis.

Elle nous parle de relations humaines que tout lecteur connaît et surtout rappelle l’importance de l’indépendance de chacun au sein du couple. Il est facile de s’oublier dans une relation, dans sa famille et de penser aux autres avant soi. Pourtant nous sommes tous et toutes des personnes à part entière avec des désirs et des rêves qu’il faut réaliser. Penser à soi n’est pas égoïste. Une belle leçon de vie.

“Quoi, Megg ? Parce que je ne gagne pas de salaire, je n’ai pas le droit de m’absenter, c’est ça ? Je me dois d’être tout le temps présente à la maison pour que toi, tu puisses en toute sérénité partir chaque matin au bureau ? C’est ça, ma vie ? C’est ça que je me suis réduite ? Tu dis souvent que tu préférerais être à ma place parfois, réjouis-toi ! Tu vas en avoir l’occasion.”

J’ai adoré le personnage de Romy, elle est atypique, originale et ne ressemble à personne. On ressent à travers elle une véritable indépendance féminine, une volonté farouche d’être qui elle est et d’assumer ses choix. Megg s’inspire volontiers d’elle au fil du récit, et leur relation n’en est que plus touchante. J’ai apprécié Megg qui s’émancipe au fur et à mesure, même son côté housewife américaine m’a parfois un peu agacée. Je me suis, cependant, moins attachée à son mari, Stéphane qui mériterait des bonnes claques ! Lalie était un personnage plus complexe et intéressant à suivre et on comprend peu à peu pourquoi elle est dure envers sa mère.

Partir en road-trip, je pense que nous en avons tous besoin en ce moment et avec cette histoire, on voyage c’est certain ! Même si je m’attendais à ce que les pays traversés soient plus présents dans le récit. En tout cas, je n’ai qu’une envie, c’est boucler ma valise, direction l’Italie et la Bulgarie !

La lumière était si parfaite : émotions garanties

Pour un moment divertissant et une émotion garantie, foncez en librairie pour découvrir ce nouveau roman ! Je vous conseille également “Et ton coeur qui bat“, paru chez Michel Lafon en 2020 et chez Pocket en 2021, que j’avais adoré et dont je vous ferai la chronique bientôt !

 

Couverture la lumière était si parfaite carène PonteLa lumière était si parfaite, résumé :

Comment sa vie a-t-elle pu lui échapper à ce point ? Devenue mère au foyer à la naissance de ses enfants, Megg fait face aujourd’hui à une ado en crise qu’elle ne reconnaît plus. Son mari ne se préoccupe guère des tâches quotidiennes. Et puis il y a eu le coup de grâce, cette saleté d’infarctus qui a fauché sa mère avant l’heure. Tandis qu’elle se résout à vider la maison de son enfance, Megg déniche une pellicule photo qui l’intrigue, et décide de la faire développer. Rien ne pouvait la préparer à la série de clichés qu’elle découvre alors… Une révélation qui bouleversera sa vie. Partie sur les traces d’un passé maternel dont elle ignore tout, Megg ne se doute pas que c’est son avenir qu’elle est en train de reprendre en main.

La Lumière était si parfaite
Éditions Fleuve
15 avril 2021

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.