Auteurs

William Shakespeare

Ceux qui considèrent la comédie romantique comme un genre mineur n’ont qu’à bien se tenir ! Shakespeare, oui le grand William himself, considéré comme le plus grand poète, dramaturge et écrivain anglais de tous les temps, est l’auteur de 17 comédies sentimentales (ainsi bien sûr que de 11 tragédies, et 9 pièces historiques).

Selon le critique américain Stanley Cavell, « un certain cinéma américain est l’héritier de la tradition théâtrale shakespearienne ». Ainsi, « A Winter’s tale » (Un conte d’hiver) est-il, selon lui, au fondement du genre des comédies de remariage.

Kenneth Branagh et Emma Thompson dans « Beaucoup de bruit pour rien »

Quant à « Much ado about nothing » (Beaucoup de bruit pour rien), adapté en 1993 par Kenneth Brannagh avec la craquante Emma Thompson, sa structure sert de base aux comédies romantiques contemporaines qui jouent sur deux couples d’amoureux : le couple romantique, Claudio et Hero, et leur contrepartie comique, Bénédict et Béatrice.

 

 

Comme tous ses contemporains, Shakespeare n’inventait pas les thèmes de ses pièces, mais les empruntait à des ouvrages existant, légendes ou textes anciens, comme c’était la coutume à l’époque. On ne parlait pas de plagiat mais de tradition.
Si elles trouvent souvent leurs sources dans la tradition romanesque médiévale, les comédies de Shakespeare empruntent aussi à la satire antique et italienne : la Comédie des erreurs doit beaucoup à Plaute, la Mégère apprivoisée s’inspire de l’Arioste.

Elizabeth Taylor et Richard Burton dans « La Mégère apprivoisée »

Dans les comédies de Shakespeare, les femmes jouent le rôle principal : Rosalinde (Comme il vous plaira), Portia (le Marchand de Venise), Isabelle (Mesure pour mesure), Béatrice (Beaucoup de bruit pour rien).
Shakespeare joue avec les codes et les illusions : les femmes se déguisent en hommes, les jumeaux (la Comédie des erreurs, la Nuit des rois) voisinent avec les doubles (les Deux Gentilshommes de Vérone, les Deux Nobles Cousins), une femme se substitue à une autre dans le lit d’un amant volage (Tout est bien qui finit bien, Mesure pour mesure). Loin du rire cruel qui se moque des ridicules, la vision comique de Shakespeare propose un rire qui nous réjouit. Le rire éclate, émerveillé, devant la finesse et l’esprit.

Shakespeare est un des plus grands mystères de la littérature. Selon légende tenace, il n’aurait pas existé et  n’aurait été qu’un prête-nom. Certains prétendent que  ses textes auraient été écrits par Lord Bacon of Verulam (plus connu sous le nom de Francis Bacon), d’autres par un collectif de jeunes auteurs de talents. Ont dit qu’il aurait été homosexuel, ou bisexuel. Certains de ses poèmes sont ouvertement écrit à la gloire d’un jeune homme.  La plupart des spécialistes s’accordent à dire qu’il existe désormais des traces historiques pour définir la vie de Shakespeare, même si on ne connaît du personnage que très peu de détails insignifiants.

William Shakespeare a été baptisé le 26 avril 1564 à Stratford-upon-Avon, dans le Warwickshire  en Angleterre. Son père, John Shakespeare, était un gantier et marchand de cuir prospère, sa mère, Mary Arden, une bourgeoise. Le petit William a vraisemblablement fréquenté l’école secondaire « King Edward VI » au centre de Stratford. En 1577, le jeune garçon est retiré de l’école, sans doute pour aider son père qui était dans une mauvaise passe. C’est l’un des premiers « mystères » de Shakespeare: d’où tenait-il alors sa prodigieuse culture?
Le 28 novembre 1582, à Temple Grafton près de Stratford, Shakespeare âgé de 18 ans épouse Anne Hathaway avec laquelle il restera marié toute sa vie. Ensemble, ils auront trois enfants : Susanna, née en 1583, puis des jumeaux, Hamnet et Judith en 1585. Hamnet, son unique fils mourra à l’âge de 11 ans. Beaucoup de spécialistes shakespeariens suggèrent que ce décès lui inspirera la tragédie Hamlet.

Gwyneth Palthrow et Joseph Fiennes dans « Shakespeare in Love »

On perd la trace de Shakespeare en 1585, date à laquelle il quitte Stratford et sa femme pour des raisons inconnues. En 1587, il réapparaît à Londres où la légende veut qu’il ait été valet d’écurie devant un théâtre. C’est ainsi qu’il devient acteur et écrivain. Il écrit trente-sept œuvres dramatiques entre 1580 et 1613 (mais ce volume n’apparaît pas comme exceptionnel pour les critères de l’époque).
Il exerce d’abord avec la troupe de lord Strange, puis de celle de lord Hunsdon –  The Lord Chamberlain’s Men (les troupes portaient le nom du mécène qui les soutenait) – pour laquelle il écrit exclusivement à partir de 1594. La compagnie devient très populaire. Après la mort d’Élisabeth Ire , le nouveau monarque Jacques Ier adopte la troupe qui porte désormais le nom de « King’s Men» (Hommes du Roi). La troupe,  réputée être la meilleure compagnie de Londres, finit par devenir résidente du très beau théâtre du Globe.

Divers documents provenant des tribunaux ou des registres commerciaux montrent que Shakespeare est alors devenu suffisamment riche pour acheter une propriété dans le quartier londonien de Blackfriars , sur la rive nord de la Tamise. Même s’il  vit à Londres, Shakespeare ne perd jamais le contact avec Stratford. En 1597, il y achète une belle maison, New Place, où il installe sa famille. Il achète d’autres biens dans sa ville natale.

Rupert Everett et Michelle Pfeiffer dans « le songe d’une nuit d’été »

Quand il se retire vers 1611, William Shakespeare est un gentilhomme, homme d’affaires et propriétaire terrien. Sa maison de New Place est l’une des plus grandes de Stratford. Toute la ville tient le poète en haute estime. Mais son testament montre qu’il y avait sans doute des brouilles et des déchirures au sein de sa famille (il lègue à sa femme « le second meilleur lit » de la maison !). Autre mystère, ce testament ne fait aucune référence à ses œuvres…

Il meurt 23 avril 1616, à l’âge de 52 ans.

En 1623, sept ans après sa mort, deux de ses amis acteurs de la compagnie des King’s Men publient une édition complète de ses œuvres, connue sous le nom de Folio. Elle regroupe celles déjà publiées, mais dans des versions améliorées et 18 pièces inédites soit 36 pièces. À cela se sont ajoutées trois autres pièces, ce qui porte à 37 les pièces écrites par Shakespeare. Shakespeare a aussi écrit 154 Sonnets et six poèmes.

L’influence de Shakespeare est considérable. Non seulement il a créé certaines des pièces les plus admirées de la littérature occidentale, mais il a aussi transformé la dramaturgie anglaise, ouvrant le champ des possibilités de création sur les personnages, la psychologie, l’action, le langage et le genre.  Il est admiré aussi bien par des intellectuels que par des amoureux du pur divertissement. Ses pièces sont régulièrement jouées partout dans le monde et font l’objet d’adaptations parfois improbables : « Le Roi Lion » de Walt Disney inspiré du roi Lear, « Comédie érotique d’une nuit d’été », version signée Woody Allen du Songe d’une nuit d’été, « 10 bonnes raisons de te larguer » est basé sur La Mégère apprivoisé ou encore West Side Story, librement inspiré de Roméo et Juliette…
Le grand William continue d’influencer les artistes d’aujourd’hui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *